Nouvelles recettes

Critique de la bière : Yards Saison

Critique de la bière : Yards Saison


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La bière Philly's Yards est légèrement sucrée mais toujours rafraîchissante

Une fois que vous vous êtes aventuré devant les lagers, le monde de la bière s'ouvre non seulement aux nouvelles créations farfelues des brasseurs les plus en vogue d'aujourd'hui, mais aussi aux types de bières produites depuis des siècles à travers le monde. La saison belge a été fabriquée à l'origine par les agriculteurs wallons il y a des siècles pendant la saison estivale, avec des levures qui fermentent bien à des températures chaudes (il n'y avait pas de réfrigération). Généralement légère en corps et en alcool, la saison a pris de nombreuses tailles et nuances différentes depuis les débuts de son ouvrier. Compagnie de brassage de chantiers of Philadelphia a créé une version sucrée aux agrumes à 6,5 % ABV de cette bière traditionnelle rustique.

Versé d'une bouteille de 12 onces dans un verre tulipe, Yards Saison apparaît orangé doré avec une jolie mousse blanche. Le nez présente une explosion d'arômes épicés et d'agrumes équilibrés par un profil de levure belge traditionnel. Au fur et à mesure que vous sirotez la bière, ces épices se forment et collaborent avec des notes de clou de girofle et d'écorce d'orange. L'utilisation de sucre candi belge - très probablement utilisé pour contrôler les saveurs de malt de la bière tout en produisant un produit relativement riche en alcool - rend la saveur plus douce que ce à quoi on pourrait s'attendre d'une saison, mais elle ajoute une touche intéressante, et vous laisse toujours avec une infusion satisfaisante.

Yards Saison gagne sa place sur la liste de la brasserie de 12 ans, présentant un changement de rythme bienvenu par rapport à certaines des offres à dominante de malt ou de houblon. Les fans de chantiers feraient bien de rechercher cette bière pendant les chauds mois d'été.

- Danya Henninger, La nation de la boisson

Plus de The Drink Nation :

Auchentoshan : Scotch triplement distillé aux saveurs variées

Guide de l'initié à la Nouvelle-Orléans : une classe de maître en alcotourisme

Nouvelle boisson pour l'été : la sangria tchèque


Comment préparer votre propre bière de houblon frais ou de houblon humide cette récolte

Chaque année, il y a une fenêtre, quelques semaines, où nos flux Instagram sont remplis de vert - des images de brasseurs frottant du houblon entre leurs mains, de producteurs de houblon tirant vers le bas leurs bacs couverts de milliers de cônes délicats, de tout ce qui est houblonné, feuillu, et frais. Et quelques semaines plus tard, il y a une autre fenêtre, plus magique : la courte saison de la bière fraîchement houblonnée.

Les bières fraîchement houblonnées sont un éclair sur le calendrier saisonnier de la bière, faisant partie d'une brève période où la « jutosité » et les « fruits de la passion frais » sont laissés pour compte pour des notes subtiles et herbacées qui ne proviennent que du houblon ajouté à la bouilloire ou au bain à remous en quelques heures. d'être récolté. Ces bières sont le fruit du travail bref mais intense de la récolte du houblon entre la mi-août et la fin septembre ou début octobre. En tant que tel, le temps des sorties de bière de houblon frais et humide est éphémère – elles sont généralement sur le marché pendant environ trois semaines avant de disparaître pour une autre année.

Bien sûr, cela fait partie de ce qui les rend extrêmement attrayants. Cependant, si vous habitez loin des régions productrices de houblon comme le nord-ouest du Pacifique, vous ne pourrez peut-être pas goûter une bière houblonnée humide (en utilisant du houblon jamais séché directement de la récolte) toute la saison - à moins, bien sûr, de la brasser vous-même. .

Chaque amateur de bière a besoin de cet arôme de houblon Poster

Brassage maison avec du houblon frais

L'une des énigmes les plus évidentes lors du brassage maison avec du houblon frais est qu'il n'y a aucun moyen de connaître la composition chimique des huiles à l'intérieur des cônes, surtout la quantité d'acides alpha qui seront isomérisés dans l'ébullition déterminant le niveau d'amertume (mesurée en IBU) dans la bière finie.

Pour les brasseurs amateurs qui cultivent leur propre houblon, cela n'a peut-être pas beaucoup d'importance, "puisque dans la plupart des cas, toute la récolte sera ajoutée", explique Daniel van Dijk, un propriétaire de bar basé à Louisville, dans le Kentucky, qui brasse à domicile depuis 12 ans.

Dans cet esprit, une partie du brassage avec du houblon frais devient un exercice de développement de recettes. Au lieu d'écrire une recette en gardant à l'esprit la saveur et l'équilibre de la bière finie, brasser avec du houblon frais est plutôt une expérience pour répondre à la question « Quel goût aura-t-elle ? »

Cette réponse dépendra en partie de la fraîcheur du houblon lorsqu'il est ajouté au moût pendant le brassage ou à la bière pendant la fermentation.

Rusty Burrell, un ingénieur logiciel qui brasse à la maison depuis plus de huit ans – et brasse à la maison avec ses propres houblons pendant cinq de ces années – complète ses houblons avec des boulettes de houblon. "J'ai tendance à utiliser des granulés de houblon ordinaires pour l'amertume et à utiliser le houblon local pour les ajouts d'arôme, de saveur et d'ébullition tardive", explique Burrell.

Les brasseurs qui cultivent du houblon depuis plus de 10 ans et qui ont des récoltes plus prospères peuvent utiliser le houblon à chaque étape du processus de brassage. C'est une technique qu'Annie Johnson, Homebrewer of the Year 2013 et homebrewer de 20 ans utilise dans ses bières fraîchement houblonnées. Elle récolte non seulement des cônes frais à utiliser le jour de l'infusion, mais « en scelle rapidement sous vide », dit-elle, et les conserve pour le houblonnage à sec.

Pouvez-vous faire du houblonnage à sec avec du houblon frais ?

"Beaucoup de gens disent:" c'est un non-non, vous aurez une contamination, vous aurez de l'oxydation ", mais je n'ai pas du tout trouvé cela", explique Johnson, qui est également maître brasseur en résidence chez Homebrewing Appliance. société PicoBrew. Johnson pense que le houblon frais fonctionne bien comme ajout de houblonnage à sec car, une fois la bière fermentée, "j'ai une bière finie contenant de l'alcool, elle est donc un peu plus résistante [à l'infection]", dit-elle. "De plus, il y a une belle couche de CO2 dans la tourie [fermenteur]."

Pour faire du houblon à sec avec du houblon frais, Johnson emballe le houblon frais dans le cou de sa tourie, lui donne quelques tourbillons et laisse le houblon infuser pendant quelques jours. Le résultat est une saveur meilleure et plus forte, dit-elle.

En règle générale, les brasseurs détecteront la différence de saveur la plus notable lorsqu'ils brassent avec du houblon cueilli directement dans la trémie. Pour ce faire, cependant, ils en auront également besoin de beaucoup plus. Burrell ajoute : « Sachez que parce que le houblon n'est pas séché, vous voudrez utiliser quatre à six fois la quantité que vous utiliseriez normalement pour les granulés de houblon séché achetés en magasin. »

Toute cette matière végétale supplémentaire a une autre conséquence : la perte de moût. "Si vous faisiez un lot normal de cinq gallons", dit Johnson, "vous vous retrouveriez avec trois gallons." D'après son expérience, il peut y avoir cinq ou six pouces de matière de houblon au fond de la bouilloire à la fin de la journée d'infusion, ajoute-t-elle. Elle recommande de planifier l'absorption en commençant par brasser au moins un lot de sept gallons et demi pour obtenir le rendement d'une recette typique de cinq gallons.

Pourquoi le houblon frais vaut la peine d'attendre

Des mois de travail, des heures de récolte, à protéger vos bras des coups brutaux, le tout pour un, peut-être deux lots de bière. Alors, pourquoi ces brasseurs amateurs le font-ils ?

Le houblon fraîchement cultivé donne aux bières Johnson's une saveur unique qu'elle ne peut obtenir autrement. « Vous goûtez le houblon et c'est une forme séchée, c'est une sorte de banane [saveur] – banane fraîche par rapport à une chips de banane ou à une banane non mûre. Une banane est plutôt brillante, mais pas tout à fait correcte », dit-elle.

Pour Van Dijk, l'expérience la plus enrichissante avec son houblon local a été de collaborer avec une brasserie locale sur une saison. "J'adore l'idée de collaboration parce que ma maison est située à moins d'un mile de la brasserie et je ne suis pas sûr qu'il y ait beaucoup de brasseries qui peuvent dire qu'elles brassent le centre-ville [in Louisville] et ont une bière faite avec du houblon cultivé un éloigné d'un mile."

Burrell a progressé dans sa culture de houblon au fil des ans, passant de pots sur un balcon à Washington, D.C., à une culture en pleine terre dans sa cour en Virginie avec une configuration en constante amélioration. Il dit "c'est assez facile à faire et c'est un projet amusant". Chaque année, il brasse une bière pour mettre en valeur la saveur de son houblon, et certains de ses favoris ont été les styles d'automne pour souligner l'aspect «récolte annuelle» de l'ingrédient. « Tous les miens se sont bien passés », dit-il.

Prochaine étape : cultivez votre propre houblon frais

Le houblon frais est très difficile à trouver, même les meilleurs magasins de homebrew n'y ont pas accès. Donc, à moins que vous n'ayez du houblon dans le jardin ou que vous connaissiez quelqu'un prêt à partager sa précieuse récolte, il est trop tard pour vous de brasser une bière fraîchement houblonnée cette année. La bonne nouvelle est qu'il n'est jamais trop tard pour commencer à planifier votre propre expérience de culture du houblon pour la prochaine récolte. Restez à l'écoute pour tout ce que vous devez savoir pour préparer, planter et récolter votre propre houblon, la prochaine étape dans BIY.


Comment préparer votre propre bière de houblon frais ou de houblon humide cette récolte

Chaque année, il y a une fenêtre, quelques semaines, où nos flux Instagram sont remplis de vert - des images de brasseurs frottant du houblon entre leurs mains, de producteurs de houblon tirant vers le bas leurs bacs couverts de milliers de cônes délicats, de tout ce qui est houblonné, feuillu, et frais. Et quelques semaines plus tard, il y a une autre fenêtre, plus magique : la courte saison de la bière fraîchement houblonnée.

Les bières fraîchement houblonnées sont un éclair sur le calendrier saisonnier de la bière, faisant partie d'une brève période où la « jutosité » et les « fruits de la passion frais » sont laissés pour compte pour des notes subtiles et herbacées qui ne proviennent que du houblon ajouté à la bouilloire ou au bain à remous en quelques heures. d'être récolté. Ces bières sont le fruit du travail bref mais intense de la récolte du houblon entre la mi-août et la fin septembre ou début octobre. En tant que tel, le temps des sorties de bière de houblon frais et humide est éphémère – elles sont généralement sur le marché pendant environ trois semaines avant de disparaître pour une autre année.

Bien sûr, cela fait partie de ce qui les rend extrêmement attrayants. Cependant, si vous habitez loin des régions productrices de houblon comme le nord-ouest du Pacifique, vous ne pourrez peut-être pas goûter une bière houblonnée humide (en utilisant du houblon jamais séché directement de la récolte) toute la saison - à moins, bien sûr, de la brasser vous-même. .

Chaque amateur de bière a besoin de cet arôme de houblon Poster

Brassage maison avec du houblon frais

L'une des énigmes les plus évidentes lors du brassage maison avec du houblon frais est qu'il n'y a aucun moyen de connaître la composition chimique des huiles à l'intérieur des cônes, surtout la quantité d'acides alpha qui seront isomérisés dans l'ébullition déterminant le niveau d'amertume (mesurée en IBU) dans la bière finie.

Pour les brasseurs amateurs qui cultivent leur propre houblon, cela n'a peut-être pas beaucoup d'importance, "puisque dans la plupart des cas, toute la récolte sera ajoutée", explique Daniel van Dijk, un propriétaire de bar basé à Louisville, dans le Kentucky, qui brasse à domicile depuis 12 ans.

Dans cet esprit, une partie du brassage avec du houblon frais devient un exercice de développement de recettes. Au lieu d'écrire une recette en gardant à l'esprit la saveur et l'équilibre de la bière finie, brasser avec du houblon frais est plutôt une expérience pour répondre à la question « Quel goût aura-t-elle ? »

Cette réponse dépendra en partie de la fraîcheur du houblon lorsqu'il est ajouté au moût pendant le brassage ou à la bière pendant la fermentation.

Rusty Burrell, un ingénieur logiciel qui brasse à la maison depuis plus de huit ans – et brasse à la maison avec ses propres houblons pendant cinq de ces années – complète son houblon avec des boulettes de houblon. "J'ai tendance à utiliser des granulés de houblon ordinaires pour l'amertume et à utiliser le houblon local pour les ajouts d'arôme, de saveur et d'ébullition tardive", explique Burrell.

Les brasseurs qui cultivent du houblon depuis plus de 10 ans et qui ont des récoltes plus prospères peuvent utiliser le houblon à chaque étape du processus de brassage. C'est une technique qu'Annie Johnson, Homebrewer of the Year 2013 et homebrewer de 20 ans utilise dans ses bières fraîchement houblonnées. Elle récolte non seulement des cônes frais à utiliser le jour de l'infusion, mais aussi « en scelle rapidement sous vide », dit-elle, et les conserve pour le houblonnage à sec.

Pouvez-vous faire du houblonnage à sec avec du houblon frais ?

"Beaucoup de gens disent:" c'est un non-non, vous aurez une contamination, vous aurez de l'oxydation ", mais je n'ai pas du tout trouvé cela", explique Johnson, qui est également maître brasseur en résidence chez Homebrewing Appliance. société PicoBrew. Johnson pense que le houblon frais fonctionne bien comme ajout de houblonnage à sec car, une fois la bière fermentée, "j'ai une bière finie contenant de l'alcool, elle est donc un peu plus résistante [à l'infection]", dit-elle. "De plus, il y a une belle couche de CO2 dans la tourie [fermenteur]."

Pour faire du houblon à sec avec du houblon frais, Johnson emballe le houblon frais dans le cou de sa tourie, lui donne quelques tourbillons et laisse le houblon infuser pendant quelques jours. Le résultat est une saveur meilleure et plus forte, dit-elle.

En règle générale, les brasseurs détecteront la différence de saveur la plus notable lorsqu'ils brassent avec du houblon cueilli directement dans la trémie. Pour ce faire, cependant, ils en auront également besoin de beaucoup plus. Burrell ajoute : « Sachez que parce que le houblon n'est pas séché, vous voudrez utiliser quatre à six fois la quantité que vous utiliseriez normalement pour les granulés de houblon séché achetés en magasin. »

Toute cette matière végétale supplémentaire a une autre conséquence : la perte de moût. "Si vous faisiez un lot normal de cinq gallons", dit Johnson, "vous vous retrouveriez avec trois gallons." D'après son expérience, il peut y avoir cinq ou six pouces de matière de houblon au fond de la bouilloire à la fin de la journée d'infusion, ajoute-t-elle. Elle recommande de planifier l'absorption en commençant par brasser au moins un lot de sept gallons et demi pour obtenir le rendement d'une recette typique de cinq gallons.

Pourquoi le houblon frais vaut la peine d'attendre

Des mois de travail, des heures de récolte, à protéger vos bras des coups brutaux, le tout pour un, peut-être deux lots de bière. Alors, pourquoi ces brasseurs amateurs le font-ils ?

Le houblon fraîchement cultivé donne aux bières Johnson's une saveur unique qu'elle ne peut obtenir autrement. « Vous goûtez le houblon et c'est une forme séchée, c'est une sorte de banane [saveur] – banane fraîche par rapport à une chips de banane ou à une banane non mûre. Une banane est plutôt brillante, mais pas tout à fait correcte », dit-elle.

Pour Van Dijk, l'expérience la plus enrichissante avec son houblon local a été de collaborer avec une brasserie locale sur une saison. "J'adore l'idée de collaboration parce que ma maison est située à moins d'un mile de la brasserie et je ne suis pas sûr qu'il y ait beaucoup de brasseries qui peuvent dire qu'elles brassent au centre-ville [in Louisville] et ont une bière faite avec du houblon cultivé un éloigné d'un mile."

Burrell a progressé dans sa culture de houblon au fil des ans, passant de pots sur un balcon à Washington, D.C., à une culture en pleine terre dans sa cour en Virginie avec une configuration en constante amélioration. Il dit "c'est assez facile à faire et c'est un projet amusant". Chaque année, il brasse une bière pour mettre en valeur la saveur de son houblon, et certains de ses favoris ont été les styles d'automne pour souligner l'aspect «récolte annuelle» de l'ingrédient. « Tous les miens se sont bien passés », dit-il.

Prochaine étape : cultivez votre propre houblon frais

Le houblon frais est très difficile à trouver, même les meilleurs magasins de homebrew n'y ont pas accès. Donc, à moins que vous n'ayez du houblon dans le jardin ou que vous connaissiez quelqu'un prêt à partager sa précieuse récolte, il est trop tard pour vous de brasser une bière fraîchement houblonnée cette année. La bonne nouvelle est qu'il n'est jamais trop tard pour commencer à planifier votre propre expérience de culture du houblon pour la prochaine récolte. Restez à l'écoute pour tout ce que vous devez savoir pour préparer, planter et récolter votre propre houblon, la prochaine étape dans BIY.


Comment préparer votre propre bière de houblon frais ou de houblon humide cette récolte

Chaque année, il y a une fenêtre, quelques semaines, où nos flux Instagram sont remplis de vert - des images de brasseurs frottant du houblon entre leurs mains, de producteurs de houblon tirant vers le bas leurs bacs couverts de milliers de cônes délicats, de tout ce qui est houblonné, feuillu, et frais. Et quelques semaines plus tard, il y a une autre fenêtre, plus magique : la courte saison de la bière fraîchement houblonnée.

Les bières fraîchement houblonnées sont un éclair sur le calendrier saisonnier de la bière, faisant partie d'une brève période où la « jutosité » et les « fruits de la passion frais » sont laissés pour compte pour des notes subtiles et herbacées qui ne proviennent que du houblon ajouté à la bouilloire ou au bain à remous en quelques heures. d'être récolté. Ces bières sont le fruit du travail bref mais intense de la récolte du houblon entre la mi-août et la fin septembre ou début octobre. En tant que tel, le temps des sorties de bière de houblon frais et humide est éphémère – elles sont généralement sur le marché pendant environ trois semaines avant de disparaître pour une autre année.

Bien sûr, cela fait partie de ce qui les rend extrêmement attrayants. Cependant, si vous habitez loin des régions productrices de houblon comme le nord-ouest du Pacifique, vous ne pourrez peut-être pas goûter une bière houblonnée humide (en utilisant du houblon jamais séché directement de la récolte) toute la saison - à moins, bien sûr, de la brasser vous-même. .

Chaque amateur de bière a besoin de cet arôme de houblon Poster

Brassage maison avec du houblon frais

L'une des énigmes les plus évidentes lors du brassage maison avec du houblon frais est qu'il n'y a aucun moyen de connaître la composition chimique des huiles à l'intérieur des cônes, surtout la quantité d'acides alpha qui seront isomérisés dans l'ébullition déterminant le niveau d'amertume (mesurée en IBU) dans la bière finie.

Pour les brasseurs amateurs qui cultivent leur propre houblon, cela n'a peut-être pas beaucoup d'importance, "puisque dans la plupart des cas, toute la récolte sera ajoutée", explique Daniel van Dijk, un propriétaire de bar basé à Louisville, dans le Kentucky, qui brasse à domicile depuis 12 ans.

Dans cet esprit, une partie du brassage avec du houblon frais devient un exercice de développement de recettes. Au lieu d'écrire une recette avec la saveur et l'équilibre de la bière finie à l'esprit, le brassage avec du houblon frais est plutôt une expérience pour répondre à la question « Quel goût aura-t-elle ? »

Cette réponse dépendra en partie de la fraîcheur du houblon lorsqu'il est ajouté au moût pendant le brassage ou à la bière pendant la fermentation.

Rusty Burrell, un ingénieur logiciel qui brasse à la maison depuis plus de huit ans – et brasse à la maison avec ses propres houblons pendant cinq de ces années – complète son houblon avec des boulettes de houblon. "J'ai tendance à utiliser des granulés de houblon ordinaires pour l'amertume et à utiliser le houblon local pour les ajouts d'arôme, de saveur et d'ébullition tardive", explique Burrell.

Les brasseurs qui cultivent du houblon depuis plus de 10 ans et ont des récoltes plus prospères peuvent utiliser le houblon à chaque étape du processus de brassage. C'est une technique qu'Annie Johnson, Homebrewer of the Year 2013 et homebrewer de 20 ans utilise dans ses bières fraîchement houblonnées. Elle récolte non seulement des cônes frais à utiliser le jour de l'infusion, mais aussi « en scelle rapidement sous vide », dit-elle, et les conserve pour le houblonnage à sec.

Pouvez-vous faire du houblonnage à sec avec du houblon frais ?

"Beaucoup de gens disent:" c'est un non-non, vous aurez une contamination, vous aurez de l'oxydation ", mais je n'ai pas du tout trouvé cela", explique Johnson, qui est également maître brasseur en résidence chez Homebrewing Appliance. société PicoBrew. Johnson pense que le houblon frais fonctionne bien comme ajout de houblonnage à sec car, une fois la bière fermentée, "j'ai une bière finie contenant de l'alcool, elle est donc un peu plus résistante [à l'infection]", dit-elle. "De plus, il y a une belle couche de CO2 dans la tourie [fermenteur]."

Pour faire du houblon à sec avec du houblon frais, Johnson emballe le houblon frais dans le cou de sa tourie, lui donne quelques tourbillons et laisse le houblon infuser pendant quelques jours. Le résultat est une saveur meilleure et plus forte, dit-elle.

En règle générale, les brasseurs détecteront la différence de saveur la plus notable lorsqu'ils brassent avec du houblon cueilli directement dans la trémie. Pour ce faire, cependant, ils en auront également besoin de beaucoup plus. Burrell ajoute : « Sachez que parce que le houblon n'est pas séché, vous voudrez utiliser quatre à six fois la quantité que vous utiliseriez normalement pour les granulés de houblon séché achetés en magasin. »

Toute cette matière végétale supplémentaire a une autre conséquence : la perte de moût. "Si vous fabriquiez un lot normal de cinq gallons", explique Johnson, "vous vous retrouveriez avec trois gallons." D'après son expérience, il peut y avoir cinq ou six pouces de matière de houblon au fond de la bouilloire à la fin de la journée d'infusion, ajoute-t-elle. Elle recommande de planifier l'absorption en commençant par brasser au moins un lot de sept gallons et demi pour obtenir le rendement d'une recette typique de cinq gallons.

Pourquoi le houblon frais vaut la peine d'attendre

Des mois de travail, des heures de récoltes, à protéger vos bras des coups brutaux, le tout pour un, peut-être deux lots de bière. Alors, pourquoi ces brasseurs amateurs le font-ils ?

Le houblon fraîchement cultivé donne aux bières Johnson's une saveur unique qu'elle ne peut obtenir autrement. « Vous goûtez le houblon et c'est une forme séchée, c'est une sorte de banane [saveur] - banane fraîche par rapport à une chips de banane ou à une banane non mûre. Une banane est plutôt brillante, mais pas tout à fait correcte », dit-elle.

Pour Van Dijk, l'expérience la plus enrichissante avec ses houblons locaux a été de collaborer avec une brasserie locale sur une saison. "J'adore l'idée de collaboration parce que ma maison est située à moins d'un mile de la brasserie et je ne suis pas sûr qu'il y ait beaucoup de brasseries qui peuvent dire qu'elles brassent le centre-ville [in Louisville] et ont une bière faite avec du houblon cultivé un éloigné d'un mile."

Burrell a progressé dans sa culture de houblon au fil des ans, passant de pots sur un balcon à Washington, D.C., à une culture en pleine terre dans son jardin en Virginie avec une configuration en constante amélioration. Il dit "c'est assez facile à faire et c'est un projet amusant". Chaque année, il brasse une bière pour mettre en valeur la saveur de son houblon, et certains de ses favoris ont été les styles d'automne pour souligner l'aspect «récolte annuelle» de l'ingrédient. « Tous les miens se sont bien passés », dit-il.

Prochaine étape : cultivez votre propre houblon frais

Le houblon frais est très difficile à trouver, même les meilleurs magasins de homebrew n'y ont pas accès. Donc, à moins que vous n'ayez du houblon dans le jardin ou que vous connaissiez quelqu'un prêt à partager sa précieuse récolte, il est trop tard pour vous de brasser une bière fraîchement houblonnée cette année. La bonne nouvelle est qu'il n'est jamais trop tard pour commencer à planifier votre propre expérience de culture du houblon pour la prochaine récolte. Restez à l'écoute pour tout ce que vous devez savoir pour préparer, planter et récolter votre propre houblon, la prochaine étape dans BIY.


Comment préparer votre propre bière de houblon frais ou de houblon humide cette récolte

Chaque année, il y a une fenêtre, quelques semaines, où nos flux Instagram sont remplis de vert - des images de brasseurs frottant du houblon entre leurs mains, de producteurs de houblon tirant vers le bas leurs bacs couverts de milliers de cônes délicats, de tout ce qui est houblonné, feuillu, et frais. Et quelques semaines plus tard, il y a une autre fenêtre, plus magique : la courte saison de la bière fraîchement houblonnée.

Les bières fraîchement houblonnées sont un éclair sur le calendrier des bières saisonnières, faisant partie d'une brève période où la « jutosité » et les « fruits de la passion frais » sont laissés pour compte pour des notes subtiles et herbacées qui ne proviennent que du houblon ajouté à la bouilloire ou au bain à remous en quelques heures. d'être récolté. Ces bières sont le fruit du travail bref mais intense de la récolte du houblon entre la mi-août et la fin septembre ou début octobre. En tant que tel, le temps des sorties de bière de houblon frais et humide est éphémère – elles sont généralement sur le marché pendant environ trois semaines avant de disparaître pour une autre année.

Bien sûr, cela fait partie de ce qui les rend extrêmement attrayants. Cependant, si vous habitez loin des régions productrices de houblon comme le nord-ouest du Pacifique, vous ne pourrez peut-être pas goûter une bière houblonnée humide (en utilisant du houblon jamais séché directement de la récolte) toute la saison - à moins, bien sûr, de la brasser vous-même. .

Chaque amateur de bière a besoin de cet arôme de houblon Poster

Brassage maison avec du houblon frais

L'une des énigmes les plus évidentes lors du brassage maison avec du houblon frais est qu'il n'y a aucun moyen de connaître la composition chimique des huiles à l'intérieur des cônes, surtout la quantité d'acides alpha qui seront isomérisés dans l'ébullition déterminant le niveau d'amertume (mesurée en IBU) dans la bière finie.

Pour les brasseurs amateurs qui cultivent leur propre houblon, cela n'a peut-être pas beaucoup d'importance, "puisque dans la plupart des cas, toute la récolte sera ajoutée", explique Daniel van Dijk, un propriétaire de bar basé à Louisville, dans le Kentucky, qui brasse à domicile depuis 12 ans.

Dans cet esprit, une partie du brassage avec du houblon frais devient un exercice de développement de recettes. Au lieu d'écrire une recette avec la saveur et l'équilibre de la bière finie à l'esprit, le brassage avec du houblon frais est plutôt une expérience pour répondre à la question « Quel goût aura-t-elle ? »

Cette réponse dépendra en partie de la fraîcheur du houblon lorsqu'il est ajouté au moût pendant le brassage ou à la bière pendant la fermentation.

Rusty Burrell, un ingénieur en logiciel qui brasse à la maison depuis plus de huit ans – et brasse à la maison avec ses propres houblons pendant cinq de ces années – complète ses houblons avec des boulettes de houblon. "J'ai tendance à utiliser des granulés de houblon ordinaires pour l'amertume et à utiliser le houblon local pour les ajouts d'arôme, de saveur et d'ébullition tardive", explique Burrell.

Les brasseurs qui cultivent du houblon depuis plus de 10 ans et qui ont des récoltes plus prospères peuvent utiliser le houblon à chaque étape du processus de brassage. C'est une technique qu'Annie Johnson, Homebrewer of the Year 2013 et homebrewer de 20 ans utilise dans ses bières fraîchement houblonnées. Elle récolte non seulement des cônes frais à utiliser le jour de l'infusion, mais aussi « en scelle rapidement sous vide », dit-elle, et les conserve pour le houblonnage à sec.

Pouvez-vous faire du houblonnage à sec avec du houblon frais ?

"Beaucoup de gens disent:" c'est un non-non, vous aurez une contamination, vous aurez de l'oxydation ", mais je n'ai pas du tout trouvé cela", explique Johnson, qui est également maître brasseur en résidence chez Homebrewing Appliance. société PicoBrew. Johnson pense que le houblon frais fonctionne bien comme ajout de houblonnage à sec car, une fois la bière fermentée, "j'ai une bière finie contenant de l'alcool, elle est donc un peu plus résistante [à l'infection]", dit-elle. "De plus, il y a une belle couche de CO2 dans la tourie [fermenteur]."

Pour faire du houblon à sec avec du houblon frais, Johnson emballe le houblon frais dans le cou de sa tourie, lui donne quelques tourbillons et laisse le houblon infuser pendant quelques jours. Le résultat est une saveur meilleure et plus forte, dit-elle.

En règle générale, les brasseurs détecteront la différence de saveur la plus notable lorsqu'ils brassent avec du houblon cueilli directement dans la trémie. Pour ce faire, cependant, ils en auront également besoin de beaucoup plus. Burrell ajoute : « Sachez que parce que le houblon n'est pas séché, vous voudrez utiliser quatre à six fois la quantité que vous utiliseriez normalement pour les granulés de houblon séché achetés en magasin. »

Toute cette matière végétale supplémentaire a une autre conséquence : la perte de moût. "Si vous faisiez un lot normal de cinq gallons", dit Johnson, "vous vous retrouveriez avec trois gallons." D'après son expérience, il peut y avoir cinq ou six pouces de matière de houblon au fond de la bouilloire à la fin de la journée d'infusion, ajoute-t-elle. Elle recommande de planifier l'absorption en commençant par brasser au moins un lot de sept gallons et demi pour obtenir le rendement d'une recette typique de cinq gallons.

Pourquoi le houblon frais vaut la peine d'attendre

Des mois de travail, des heures de récoltes, à protéger vos bras des coups brutaux, le tout pour un, peut-être deux lots de bière. Alors, pourquoi ces brasseurs amateurs le font-ils ?

Le houblon fraîchement cultivé donne aux bières Johnson's une saveur unique qu'elle ne peut obtenir autrement. « Vous goûtez le houblon et c'est une forme séchée, c'est une sorte de banane [saveur] – banane fraîche par rapport à une chips de banane ou à une banane non mûre. Une banane est plutôt brillante, mais pas tout à fait correcte », dit-elle.

Pour Van Dijk, l'expérience la plus enrichissante avec son houblon local a été de collaborer avec une brasserie locale sur une saison. "J'adore l'idée de collaboration parce que ma maison est située à moins d'un mile de la brasserie et je ne suis pas sûr qu'il y ait beaucoup de brasseries qui peuvent dire qu'elles brassent au centre-ville [in Louisville] et ont une bière faite avec du houblon cultivé un éloigné d'un mile."

Burrell a progressé dans sa culture de houblon au fil des ans, passant de pots sur un balcon à Washington, D.C., à une culture en pleine terre dans son jardin en Virginie avec une configuration en constante amélioration. Il dit "c'est assez facile à faire et c'est un projet amusant". Chaque année, il brasse une bière pour mettre en valeur la saveur de son houblon, et certains de ses favoris ont été les styles d'automne pour souligner l'aspect «récolte annuelle» de l'ingrédient. « Tous les miens se sont bien passés », dit-il.

Prochaine étape : cultivez votre propre houblon frais

Le houblon frais est très difficile à trouver, même les meilleurs magasins de homebrew n'y ont pas accès. Donc, à moins que vous n'ayez du houblon dans le jardin ou que vous connaissiez quelqu'un prêt à partager sa précieuse récolte, il est trop tard pour vous de brasser une bière fraîchement houblonnée cette année. La bonne nouvelle est qu'il n'est jamais trop tard pour commencer à planifier votre propre expérience de culture du houblon pour la prochaine récolte. Restez à l'écoute pour tout ce que vous devez savoir pour préparer, planter et récolter votre propre houblon, la prochaine étape dans BIY.


Comment préparer votre propre bière de houblon frais ou de houblon humide cette récolte

Chaque année, il y a une fenêtre, quelques semaines, où nos flux Instagram sont remplis de vert - des images de brasseurs frottant du houblon entre leurs mains, de producteurs de houblon tirant vers le bas leurs bacs couverts de milliers de cônes délicats, de tout ce qui est houblonné, feuillu, et frais. Et quelques semaines plus tard, il y a une autre fenêtre, plus magique : la courte saison de la bière fraîchement houblonnée.

Les bières fraîchement houblonnées sont un éclair sur le calendrier des bières saisonnières, faisant partie d'une brève période où la « jutosité » et les « fruits de la passion frais » sont laissés pour compte pour des notes subtiles et herbacées qui ne proviennent que du houblon ajouté à la bouilloire ou au bain à remous en quelques heures. d'être récolté. Ces bières sont le fruit du travail bref mais intense de la récolte du houblon entre la mi-août et la fin septembre ou début octobre. En tant que tel, le temps des sorties de bière de houblon frais et humide est éphémère – elles sont généralement sur le marché pendant environ trois semaines avant de disparaître pour une autre année.

Bien sûr, cela fait partie de ce qui les rend extrêmement attrayants. Si vous habitez loin des régions productrices de houblon comme le nord-ouest du Pacifique, cependant, vous ne pourrez peut-être pas goûter une bière houblonnée humide (en utilisant du houblon jamais séché directement de la récolte) toute la saison - à moins, bien sûr, de la brasser vous-même. .

Chaque amateur de bière a besoin de cet arôme de houblon Poster

Homebrewing avec du houblon frais

L'une des énigmes les plus évidentes lors du brassage maison avec du houblon frais est qu'il n'y a aucun moyen de connaître la composition chimique des huiles à l'intérieur des cônes, surtout la quantité d'acides alpha qui seront isomérisés dans l'ébullition déterminant le niveau d'amertume (mesurée en IBU) dans la bière finie.

Pour les brasseurs amateurs qui cultivent leur propre houblon, cela n'a peut-être pas beaucoup d'importance, "puisque dans la plupart des cas, toute la récolte sera ajoutée", explique Daniel van Dijk, un propriétaire de bar basé à Louisville, dans le Kentucky, qui brasse à domicile depuis 12 ans.

Dans cet esprit, une partie du brassage avec du houblon frais devient un exercice de développement de recettes. Au lieu d'écrire une recette en gardant à l'esprit la saveur et l'équilibre de la bière finie, brasser avec du houblon frais est plutôt une expérience pour répondre à la question « Quel goût aura-t-elle ? »

Cette réponse dépendra en partie de la fraîcheur du houblon lorsqu'il est ajouté au moût pendant le brassage ou à la bière pendant la fermentation.

Rusty Burrell, un ingénieur en logiciel qui brasse à la maison depuis plus de huit ans – et brasse à la maison avec ses propres houblons pendant cinq de ces années – complète ses houblons avec des boulettes de houblon. "J'ai tendance à utiliser des granulés de houblon ordinaires pour l'amertume et à utiliser le houblon local pour les ajouts d'arôme, de saveur et d'ébullition tardive", explique Burrell.

Les brasseurs qui cultivent du houblon depuis plus de 10 ans et qui ont des récoltes plus prospères peuvent utiliser le houblon à chaque étape du processus de brassage. C'est une technique qu'Annie Johnson, Homebrewer of the Year 2013 et homebrewer de 20 ans utilise dans ses bières fraîchement houblonnées. Elle récolte non seulement des cônes frais à utiliser le jour de l'infusion, mais aussi « en scelle rapidement sous vide », dit-elle, et les conserve pour le houblonnage à sec.

Pouvez-vous faire du houblonnage à sec avec du houblon frais ?

"Beaucoup de gens disent:" c'est un non-non, vous aurez une contamination, vous aurez de l'oxydation ", mais je n'ai pas du tout trouvé cela", explique Johnson, qui est également maître brasseur en résidence chez Homebrewing Appliance. company PicoBrew. Johnson believes fresh hops work well as a dry hopping addition because, once the beer is fermented, “I have a finished beer with alcohol in it, so it’s a little more resistant [to infection],” she says. “Plus, there is a nice layer of CO2 in the carboy [fermenter].”

To dry-hop with fresh hops, Johnson packs the fresh hops down the neck of her carboy, gives it a few swirls, and lets the hops infuse for a few days. The result is a better and stronger flavor, she says.

As a general rule, brewers will detect the most noticeable difference in flavor when brewing with hops picked straight from the bine. To do this, however, they’ll also need a lot more of them. Burrell adds, “Be aware that because the hops are not dried, you will want to use four to six times the amount you would normally use for store bought dried hop pellets.”

All of that extra vegetal matter has another consequence: wort loss. “If you made a normal five-gallon batch,” says Johnson, “you would end up with three gallons.” In her experience, there may be five or six inches of hop matter at the bottom of the kettle at the end of brew day, she adds. She recommends planning for absorption by starting out brewing at least a seven-and-a-half-gallon batch to end up with the yield of a typical five-gallon recipe.

Why Fresh Hops Are Worth the Wait

Months of work, hours-long harvests, protecting your arms from brutal bines — all for one, maybe two batches of beer. So, why do these homebrewers do it?

The fresh-grown hops give Johnson’s beers a unique flavor she can’t achieve any other way. “You taste the hop and it’s dried form, it’s kind of a banana [flavor] — fresh banana versus a banana chip or an unripe banana. A banana is kind of bright, but not all the way right,” she says.

For Van Dijk, the most rewarding experience with his homegrown hops was collaborating with a local brewery on a saison. “I love the collab idea because my house is located less than a mile from the brewery … and I’m not sure there are many breweries that can say they brew downtown [in Louisville] and have a beer made with hops grown a mile away.”

Burrell has progressed in his hop-growing over the years, moving from pots on a balcony in Washington, D.C., to growing in the ground in his yard in Virginia with an ever-improving setup. He says “it’s pretty easy to do, and a fun project.” Every year, he brews a beer to highlight the flavor of his hops, and some of his favorites have been fall styles to highlight the “annual harvest” aspect of the ingredient. “All of mine have turned out great,” he says.

Next Step: Grow Your Own Fresh Hops

Fresh hops are very hard to source even the best homebrew shops don’t have access to them. So, unless you have hops in the garden or know someone willing to share their precious harvest, it’s too late for you to brew a fresh-hopped beer this year. The good news is, it’s never too late to start planning your own hop-growing experiment for the next harvest. Stay tuned for everything you need to know to prep for, plant, and harvest your own hops, next up in BIY.


How to Homebrew Your Own Fresh-Hop or Wet-Hop Beer This Harvest

Every year there is a window, a few weeks, when our Instagram feeds are filled with green — images of brewers rubbing hops between their hands, of hop farmers pulling down their bines covered in thousands of delicate cones, of all things hoppy, leafy, and fresh. And just a few weeks later there’s another, more magical window: the short season of the fresh-hopped beer.

Fresh-hopped beers are a flash on the seasonal beer calendar, part of a brief period when “juiciness” and “fresh passion fruit” are left behind for subtle, grassy notes that only come from hops added to the boil kettle or whirlpool within hours of being harvested. These beers are the fruits of the brief but intense labor of the hop harvest between mid-August and the end of September or early October. As such, the time for fresh-hop and wet-hop beer releases is fleeting — they’re usually on the market for about three weeks before they’re gone for another year.

Of course, this is part of what makes them extremely appealing. If you live far from hop-growing regions like the Pacific Northwest, however, you may not get to taste a wet-hopped beer (using never-dried hops straight from the harvest) all season — unless, of course, you brew it yourself.

Chaque amateur de bière a besoin de cet arôme de houblon Poster

Homebrewing With Fresh Hops

One of the most obvious conundrums when homebrewing with fresh hops is that there is no way of knowing the chemical makeup of oils inside the cones, most importantly the quantity of alpha acids that will be isomerized in the boil determining the level of bitterness (measured as IBUs) in the finished beer.

For homebrewers growing their own hops, this might not matter much, “since in most cases, the entire harvest will be added,” says Daniel van Dijk, a bar owner based in Louisville, Ky., who has been homebrewing for 12 years.

With this in mind, part of brewing with fresh hops becomes an exercise in recipe development. Instead of writing a recipe with the flavor and balance of the finished beer in mind, brewing with fresh hops is more of an experiment to answer the question, “What will this taste like?”

That answer will depend partially on how fresh the hops are when they are added to the wort while brewing or the beer during fermentation.

Rusty Burrell, a software engineer who has been homebrewing for more than eight years — and homebrewing with his own hops for five of those years — supplements his hops with hop pellets. “I tend to use regular hop pellets for bittering, and use the homegrown hops for aroma, flavor, and late boil additions,” Burrell says.

Brewers who have been growing hops for more than 10 years and have more prosperous harvests can use hops at every stage of the brewing process. This is a technique Annie Johnson, 2013 Homebrewer of the Year and homebrewer of 20 years uses in her fresh-hopped beers. She not only harvests fresh cones to use on brew day, but also “quickly vacuum seals some,” she says, and saves them for dry hopping.

Can You Dry-Hop With Fresh Hops?

“Many people say, ‘that’s a no-no, you’ll get contamination, you’ll get oxidation,’ but I haven’t found that at all,” says Johnson, who is also brewmaster-in-residence at homebrewing appliance company PicoBrew. Johnson believes fresh hops work well as a dry hopping addition because, once the beer is fermented, “I have a finished beer with alcohol in it, so it’s a little more resistant [to infection],” she says. “Plus, there is a nice layer of CO2 in the carboy [fermenter].”

To dry-hop with fresh hops, Johnson packs the fresh hops down the neck of her carboy, gives it a few swirls, and lets the hops infuse for a few days. The result is a better and stronger flavor, she says.

As a general rule, brewers will detect the most noticeable difference in flavor when brewing with hops picked straight from the bine. To do this, however, they’ll also need a lot more of them. Burrell adds, “Be aware that because the hops are not dried, you will want to use four to six times the amount you would normally use for store bought dried hop pellets.”

All of that extra vegetal matter has another consequence: wort loss. “If you made a normal five-gallon batch,” says Johnson, “you would end up with three gallons.” In her experience, there may be five or six inches of hop matter at the bottom of the kettle at the end of brew day, she adds. She recommends planning for absorption by starting out brewing at least a seven-and-a-half-gallon batch to end up with the yield of a typical five-gallon recipe.

Why Fresh Hops Are Worth the Wait

Months of work, hours-long harvests, protecting your arms from brutal bines — all for one, maybe two batches of beer. So, why do these homebrewers do it?

The fresh-grown hops give Johnson’s beers a unique flavor she can’t achieve any other way. “You taste the hop and it’s dried form, it’s kind of a banana [flavor] — fresh banana versus a banana chip or an unripe banana. A banana is kind of bright, but not all the way right,” she says.

For Van Dijk, the most rewarding experience with his homegrown hops was collaborating with a local brewery on a saison. “I love the collab idea because my house is located less than a mile from the brewery … and I’m not sure there are many breweries that can say they brew downtown [in Louisville] and have a beer made with hops grown a mile away.”

Burrell has progressed in his hop-growing over the years, moving from pots on a balcony in Washington, D.C., to growing in the ground in his yard in Virginia with an ever-improving setup. He says “it’s pretty easy to do, and a fun project.” Every year, he brews a beer to highlight the flavor of his hops, and some of his favorites have been fall styles to highlight the “annual harvest” aspect of the ingredient. “All of mine have turned out great,” he says.

Next Step: Grow Your Own Fresh Hops

Fresh hops are very hard to source even the best homebrew shops don’t have access to them. So, unless you have hops in the garden or know someone willing to share their precious harvest, it’s too late for you to brew a fresh-hopped beer this year. The good news is, it’s never too late to start planning your own hop-growing experiment for the next harvest. Stay tuned for everything you need to know to prep for, plant, and harvest your own hops, next up in BIY.


How to Homebrew Your Own Fresh-Hop or Wet-Hop Beer This Harvest

Every year there is a window, a few weeks, when our Instagram feeds are filled with green — images of brewers rubbing hops between their hands, of hop farmers pulling down their bines covered in thousands of delicate cones, of all things hoppy, leafy, and fresh. And just a few weeks later there’s another, more magical window: the short season of the fresh-hopped beer.

Fresh-hopped beers are a flash on the seasonal beer calendar, part of a brief period when “juiciness” and “fresh passion fruit” are left behind for subtle, grassy notes that only come from hops added to the boil kettle or whirlpool within hours of being harvested. These beers are the fruits of the brief but intense labor of the hop harvest between mid-August and the end of September or early October. As such, the time for fresh-hop and wet-hop beer releases is fleeting — they’re usually on the market for about three weeks before they’re gone for another year.

Of course, this is part of what makes them extremely appealing. If you live far from hop-growing regions like the Pacific Northwest, however, you may not get to taste a wet-hopped beer (using never-dried hops straight from the harvest) all season — unless, of course, you brew it yourself.

Chaque amateur de bière a besoin de cet arôme de houblon Poster

Homebrewing With Fresh Hops

One of the most obvious conundrums when homebrewing with fresh hops is that there is no way of knowing the chemical makeup of oils inside the cones, most importantly the quantity of alpha acids that will be isomerized in the boil determining the level of bitterness (measured as IBUs) in the finished beer.

For homebrewers growing their own hops, this might not matter much, “since in most cases, the entire harvest will be added,” says Daniel van Dijk, a bar owner based in Louisville, Ky., who has been homebrewing for 12 years.

With this in mind, part of brewing with fresh hops becomes an exercise in recipe development. Instead of writing a recipe with the flavor and balance of the finished beer in mind, brewing with fresh hops is more of an experiment to answer the question, “What will this taste like?”

That answer will depend partially on how fresh the hops are when they are added to the wort while brewing or the beer during fermentation.

Rusty Burrell, a software engineer who has been homebrewing for more than eight years — and homebrewing with his own hops for five of those years — supplements his hops with hop pellets. “I tend to use regular hop pellets for bittering, and use the homegrown hops for aroma, flavor, and late boil additions,” Burrell says.

Brewers who have been growing hops for more than 10 years and have more prosperous harvests can use hops at every stage of the brewing process. This is a technique Annie Johnson, 2013 Homebrewer of the Year and homebrewer of 20 years uses in her fresh-hopped beers. She not only harvests fresh cones to use on brew day, but also “quickly vacuum seals some,” she says, and saves them for dry hopping.

Can You Dry-Hop With Fresh Hops?

“Many people say, ‘that’s a no-no, you’ll get contamination, you’ll get oxidation,’ but I haven’t found that at all,” says Johnson, who is also brewmaster-in-residence at homebrewing appliance company PicoBrew. Johnson believes fresh hops work well as a dry hopping addition because, once the beer is fermented, “I have a finished beer with alcohol in it, so it’s a little more resistant [to infection],” she says. “Plus, there is a nice layer of CO2 in the carboy [fermenter].”

To dry-hop with fresh hops, Johnson packs the fresh hops down the neck of her carboy, gives it a few swirls, and lets the hops infuse for a few days. The result is a better and stronger flavor, she says.

As a general rule, brewers will detect the most noticeable difference in flavor when brewing with hops picked straight from the bine. To do this, however, they’ll also need a lot more of them. Burrell adds, “Be aware that because the hops are not dried, you will want to use four to six times the amount you would normally use for store bought dried hop pellets.”

All of that extra vegetal matter has another consequence: wort loss. “If you made a normal five-gallon batch,” says Johnson, “you would end up with three gallons.” In her experience, there may be five or six inches of hop matter at the bottom of the kettle at the end of brew day, she adds. She recommends planning for absorption by starting out brewing at least a seven-and-a-half-gallon batch to end up with the yield of a typical five-gallon recipe.

Why Fresh Hops Are Worth the Wait

Months of work, hours-long harvests, protecting your arms from brutal bines — all for one, maybe two batches of beer. So, why do these homebrewers do it?

The fresh-grown hops give Johnson’s beers a unique flavor she can’t achieve any other way. “You taste the hop and it’s dried form, it’s kind of a banana [flavor] — fresh banana versus a banana chip or an unripe banana. A banana is kind of bright, but not all the way right,” she says.

For Van Dijk, the most rewarding experience with his homegrown hops was collaborating with a local brewery on a saison. “I love the collab idea because my house is located less than a mile from the brewery … and I’m not sure there are many breweries that can say they brew downtown [in Louisville] and have a beer made with hops grown a mile away.”

Burrell has progressed in his hop-growing over the years, moving from pots on a balcony in Washington, D.C., to growing in the ground in his yard in Virginia with an ever-improving setup. He says “it’s pretty easy to do, and a fun project.” Every year, he brews a beer to highlight the flavor of his hops, and some of his favorites have been fall styles to highlight the “annual harvest” aspect of the ingredient. “All of mine have turned out great,” he says.

Next Step: Grow Your Own Fresh Hops

Fresh hops are very hard to source even the best homebrew shops don’t have access to them. So, unless you have hops in the garden or know someone willing to share their precious harvest, it’s too late for you to brew a fresh-hopped beer this year. The good news is, it’s never too late to start planning your own hop-growing experiment for the next harvest. Stay tuned for everything you need to know to prep for, plant, and harvest your own hops, next up in BIY.


How to Homebrew Your Own Fresh-Hop or Wet-Hop Beer This Harvest

Every year there is a window, a few weeks, when our Instagram feeds are filled with green — images of brewers rubbing hops between their hands, of hop farmers pulling down their bines covered in thousands of delicate cones, of all things hoppy, leafy, and fresh. And just a few weeks later there’s another, more magical window: the short season of the fresh-hopped beer.

Fresh-hopped beers are a flash on the seasonal beer calendar, part of a brief period when “juiciness” and “fresh passion fruit” are left behind for subtle, grassy notes that only come from hops added to the boil kettle or whirlpool within hours of being harvested. These beers are the fruits of the brief but intense labor of the hop harvest between mid-August and the end of September or early October. As such, the time for fresh-hop and wet-hop beer releases is fleeting — they’re usually on the market for about three weeks before they’re gone for another year.

Of course, this is part of what makes them extremely appealing. If you live far from hop-growing regions like the Pacific Northwest, however, you may not get to taste a wet-hopped beer (using never-dried hops straight from the harvest) all season — unless, of course, you brew it yourself.

Chaque amateur de bière a besoin de cet arôme de houblon Poster

Homebrewing With Fresh Hops

One of the most obvious conundrums when homebrewing with fresh hops is that there is no way of knowing the chemical makeup of oils inside the cones, most importantly the quantity of alpha acids that will be isomerized in the boil determining the level of bitterness (measured as IBUs) in the finished beer.

For homebrewers growing their own hops, this might not matter much, “since in most cases, the entire harvest will be added,” says Daniel van Dijk, a bar owner based in Louisville, Ky., who has been homebrewing for 12 years.

With this in mind, part of brewing with fresh hops becomes an exercise in recipe development. Instead of writing a recipe with the flavor and balance of the finished beer in mind, brewing with fresh hops is more of an experiment to answer the question, “What will this taste like?”

That answer will depend partially on how fresh the hops are when they are added to the wort while brewing or the beer during fermentation.

Rusty Burrell, a software engineer who has been homebrewing for more than eight years — and homebrewing with his own hops for five of those years — supplements his hops with hop pellets. “I tend to use regular hop pellets for bittering, and use the homegrown hops for aroma, flavor, and late boil additions,” Burrell says.

Brewers who have been growing hops for more than 10 years and have more prosperous harvests can use hops at every stage of the brewing process. This is a technique Annie Johnson, 2013 Homebrewer of the Year and homebrewer of 20 years uses in her fresh-hopped beers. She not only harvests fresh cones to use on brew day, but also “quickly vacuum seals some,” she says, and saves them for dry hopping.

Can You Dry-Hop With Fresh Hops?

“Many people say, ‘that’s a no-no, you’ll get contamination, you’ll get oxidation,’ but I haven’t found that at all,” says Johnson, who is also brewmaster-in-residence at homebrewing appliance company PicoBrew. Johnson believes fresh hops work well as a dry hopping addition because, once the beer is fermented, “I have a finished beer with alcohol in it, so it’s a little more resistant [to infection],” she says. “Plus, there is a nice layer of CO2 in the carboy [fermenter].”

To dry-hop with fresh hops, Johnson packs the fresh hops down the neck of her carboy, gives it a few swirls, and lets the hops infuse for a few days. The result is a better and stronger flavor, she says.

As a general rule, brewers will detect the most noticeable difference in flavor when brewing with hops picked straight from the bine. To do this, however, they’ll also need a lot more of them. Burrell adds, “Be aware that because the hops are not dried, you will want to use four to six times the amount you would normally use for store bought dried hop pellets.”

All of that extra vegetal matter has another consequence: wort loss. “If you made a normal five-gallon batch,” says Johnson, “you would end up with three gallons.” In her experience, there may be five or six inches of hop matter at the bottom of the kettle at the end of brew day, she adds. She recommends planning for absorption by starting out brewing at least a seven-and-a-half-gallon batch to end up with the yield of a typical five-gallon recipe.

Why Fresh Hops Are Worth the Wait

Months of work, hours-long harvests, protecting your arms from brutal bines — all for one, maybe two batches of beer. So, why do these homebrewers do it?

The fresh-grown hops give Johnson’s beers a unique flavor she can’t achieve any other way. “You taste the hop and it’s dried form, it’s kind of a banana [flavor] — fresh banana versus a banana chip or an unripe banana. A banana is kind of bright, but not all the way right,” she says.

For Van Dijk, the most rewarding experience with his homegrown hops was collaborating with a local brewery on a saison. “I love the collab idea because my house is located less than a mile from the brewery … and I’m not sure there are many breweries that can say they brew downtown [in Louisville] and have a beer made with hops grown a mile away.”

Burrell has progressed in his hop-growing over the years, moving from pots on a balcony in Washington, D.C., to growing in the ground in his yard in Virginia with an ever-improving setup. He says “it’s pretty easy to do, and a fun project.” Every year, he brews a beer to highlight the flavor of his hops, and some of his favorites have been fall styles to highlight the “annual harvest” aspect of the ingredient. “All of mine have turned out great,” he says.

Next Step: Grow Your Own Fresh Hops

Fresh hops are very hard to source even the best homebrew shops don’t have access to them. So, unless you have hops in the garden or know someone willing to share their precious harvest, it’s too late for you to brew a fresh-hopped beer this year. The good news is, it’s never too late to start planning your own hop-growing experiment for the next harvest. Stay tuned for everything you need to know to prep for, plant, and harvest your own hops, next up in BIY.


How to Homebrew Your Own Fresh-Hop or Wet-Hop Beer This Harvest

Every year there is a window, a few weeks, when our Instagram feeds are filled with green — images of brewers rubbing hops between their hands, of hop farmers pulling down their bines covered in thousands of delicate cones, of all things hoppy, leafy, and fresh. And just a few weeks later there’s another, more magical window: the short season of the fresh-hopped beer.

Fresh-hopped beers are a flash on the seasonal beer calendar, part of a brief period when “juiciness” and “fresh passion fruit” are left behind for subtle, grassy notes that only come from hops added to the boil kettle or whirlpool within hours of being harvested. These beers are the fruits of the brief but intense labor of the hop harvest between mid-August and the end of September or early October. As such, the time for fresh-hop and wet-hop beer releases is fleeting — they’re usually on the market for about three weeks before they’re gone for another year.

Of course, this is part of what makes them extremely appealing. If you live far from hop-growing regions like the Pacific Northwest, however, you may not get to taste a wet-hopped beer (using never-dried hops straight from the harvest) all season — unless, of course, you brew it yourself.

Chaque amateur de bière a besoin de cet arôme de houblon Poster

Homebrewing With Fresh Hops

One of the most obvious conundrums when homebrewing with fresh hops is that there is no way of knowing the chemical makeup of oils inside the cones, most importantly the quantity of alpha acids that will be isomerized in the boil determining the level of bitterness (measured as IBUs) in the finished beer.

For homebrewers growing their own hops, this might not matter much, “since in most cases, the entire harvest will be added,” says Daniel van Dijk, a bar owner based in Louisville, Ky., who has been homebrewing for 12 years.

With this in mind, part of brewing with fresh hops becomes an exercise in recipe development. Instead of writing a recipe with the flavor and balance of the finished beer in mind, brewing with fresh hops is more of an experiment to answer the question, “What will this taste like?”

That answer will depend partially on how fresh the hops are when they are added to the wort while brewing or the beer during fermentation.

Rusty Burrell, a software engineer who has been homebrewing for more than eight years — and homebrewing with his own hops for five of those years — supplements his hops with hop pellets. “I tend to use regular hop pellets for bittering, and use the homegrown hops for aroma, flavor, and late boil additions,” Burrell says.

Brewers who have been growing hops for more than 10 years and have more prosperous harvests can use hops at every stage of the brewing process. This is a technique Annie Johnson, 2013 Homebrewer of the Year and homebrewer of 20 years uses in her fresh-hopped beers. She not only harvests fresh cones to use on brew day, but also “quickly vacuum seals some,” she says, and saves them for dry hopping.

Can You Dry-Hop With Fresh Hops?

“Many people say, ‘that’s a no-no, you’ll get contamination, you’ll get oxidation,’ but I haven’t found that at all,” says Johnson, who is also brewmaster-in-residence at homebrewing appliance company PicoBrew. Johnson believes fresh hops work well as a dry hopping addition because, once the beer is fermented, “I have a finished beer with alcohol in it, so it’s a little more resistant [to infection],” she says. “Plus, there is a nice layer of CO2 in the carboy [fermenter].”

To dry-hop with fresh hops, Johnson packs the fresh hops down the neck of her carboy, gives it a few swirls, and lets the hops infuse for a few days. The result is a better and stronger flavor, she says.

As a general rule, brewers will detect the most noticeable difference in flavor when brewing with hops picked straight from the bine. To do this, however, they’ll also need a lot more of them. Burrell adds, “Be aware that because the hops are not dried, you will want to use four to six times the amount you would normally use for store bought dried hop pellets.”

All of that extra vegetal matter has another consequence: wort loss. “If you made a normal five-gallon batch,” says Johnson, “you would end up with three gallons.” In her experience, there may be five or six inches of hop matter at the bottom of the kettle at the end of brew day, she adds. She recommends planning for absorption by starting out brewing at least a seven-and-a-half-gallon batch to end up with the yield of a typical five-gallon recipe.

Why Fresh Hops Are Worth the Wait

Months of work, hours-long harvests, protecting your arms from brutal bines — all for one, maybe two batches of beer. So, why do these homebrewers do it?

The fresh-grown hops give Johnson’s beers a unique flavor she can’t achieve any other way. “You taste the hop and it’s dried form, it’s kind of a banana [flavor] — fresh banana versus a banana chip or an unripe banana. A banana is kind of bright, but not all the way right,” she says.

For Van Dijk, the most rewarding experience with his homegrown hops was collaborating with a local brewery on a saison. “I love the collab idea because my house is located less than a mile from the brewery … and I’m not sure there are many breweries that can say they brew downtown [in Louisville] and have a beer made with hops grown a mile away.”

Burrell has progressed in his hop-growing over the years, moving from pots on a balcony in Washington, D.C., to growing in the ground in his yard in Virginia with an ever-improving setup. He says “it’s pretty easy to do, and a fun project.” Every year, he brews a beer to highlight the flavor of his hops, and some of his favorites have been fall styles to highlight the “annual harvest” aspect of the ingredient. “All of mine have turned out great,” he says.

Next Step: Grow Your Own Fresh Hops

Fresh hops are very hard to source even the best homebrew shops don’t have access to them. So, unless you have hops in the garden or know someone willing to share their precious harvest, it’s too late for you to brew a fresh-hopped beer this year. The good news is, it’s never too late to start planning your own hop-growing experiment for the next harvest. Stay tuned for everything you need to know to prep for, plant, and harvest your own hops, next up in BIY.


How to Homebrew Your Own Fresh-Hop or Wet-Hop Beer This Harvest

Every year there is a window, a few weeks, when our Instagram feeds are filled with green — images of brewers rubbing hops between their hands, of hop farmers pulling down their bines covered in thousands of delicate cones, of all things hoppy, leafy, and fresh. And just a few weeks later there’s another, more magical window: the short season of the fresh-hopped beer.

Fresh-hopped beers are a flash on the seasonal beer calendar, part of a brief period when “juiciness” and “fresh passion fruit” are left behind for subtle, grassy notes that only come from hops added to the boil kettle or whirlpool within hours of being harvested. These beers are the fruits of the brief but intense labor of the hop harvest between mid-August and the end of September or early October. As such, the time for fresh-hop and wet-hop beer releases is fleeting — they’re usually on the market for about three weeks before they’re gone for another year.

Of course, this is part of what makes them extremely appealing. If you live far from hop-growing regions like the Pacific Northwest, however, you may not get to taste a wet-hopped beer (using never-dried hops straight from the harvest) all season — unless, of course, you brew it yourself.

Chaque amateur de bière a besoin de cet arôme de houblon Poster

Homebrewing With Fresh Hops

One of the most obvious conundrums when homebrewing with fresh hops is that there is no way of knowing the chemical makeup of oils inside the cones, most importantly the quantity of alpha acids that will be isomerized in the boil determining the level of bitterness (measured as IBUs) in the finished beer.

For homebrewers growing their own hops, this might not matter much, “since in most cases, the entire harvest will be added,” says Daniel van Dijk, a bar owner based in Louisville, Ky., who has been homebrewing for 12 years.

With this in mind, part of brewing with fresh hops becomes an exercise in recipe development. Instead of writing a recipe with the flavor and balance of the finished beer in mind, brewing with fresh hops is more of an experiment to answer the question, “What will this taste like?”

That answer will depend partially on how fresh the hops are when they are added to the wort while brewing or the beer during fermentation.

Rusty Burrell, a software engineer who has been homebrewing for more than eight years — and homebrewing with his own hops for five of those years — supplements his hops with hop pellets. “I tend to use regular hop pellets for bittering, and use the homegrown hops for aroma, flavor, and late boil additions,” Burrell says.

Brewers who have been growing hops for more than 10 years and have more prosperous harvests can use hops at every stage of the brewing process. This is a technique Annie Johnson, 2013 Homebrewer of the Year and homebrewer of 20 years uses in her fresh-hopped beers. She not only harvests fresh cones to use on brew day, but also “quickly vacuum seals some,” she says, and saves them for dry hopping.

Can You Dry-Hop With Fresh Hops?

“Many people say, ‘that’s a no-no, you’ll get contamination, you’ll get oxidation,’ but I haven’t found that at all,” says Johnson, who is also brewmaster-in-residence at homebrewing appliance company PicoBrew. Johnson believes fresh hops work well as a dry hopping addition because, once the beer is fermented, “I have a finished beer with alcohol in it, so it’s a little more resistant [to infection],” she says. “Plus, there is a nice layer of CO2 in the carboy [fermenter].”

To dry-hop with fresh hops, Johnson packs the fresh hops down the neck of her carboy, gives it a few swirls, and lets the hops infuse for a few days. The result is a better and stronger flavor, she says.

As a general rule, brewers will detect the most noticeable difference in flavor when brewing with hops picked straight from the bine. To do this, however, they’ll also need a lot more of them. Burrell adds, “Be aware that because the hops are not dried, you will want to use four to six times the amount you would normally use for store bought dried hop pellets.”

All of that extra vegetal matter has another consequence: wort loss. “If you made a normal five-gallon batch,” says Johnson, “you would end up with three gallons.” In her experience, there may be five or six inches of hop matter at the bottom of the kettle at the end of brew day, she adds. She recommends planning for absorption by starting out brewing at least a seven-and-a-half-gallon batch to end up with the yield of a typical five-gallon recipe.

Why Fresh Hops Are Worth the Wait

Months of work, hours-long harvests, protecting your arms from brutal bines — all for one, maybe two batches of beer. So, why do these homebrewers do it?

The fresh-grown hops give Johnson’s beers a unique flavor she can’t achieve any other way. “You taste the hop and it’s dried form, it’s kind of a banana [flavor] — fresh banana versus a banana chip or an unripe banana. A banana is kind of bright, but not all the way right,” she says.

For Van Dijk, the most rewarding experience with his homegrown hops was collaborating with a local brewery on a saison. “I love the collab idea because my house is located less than a mile from the brewery … and I’m not sure there are many breweries that can say they brew downtown [in Louisville] and have a beer made with hops grown a mile away.”

Burrell has progressed in his hop-growing over the years, moving from pots on a balcony in Washington, D.C., to growing in the ground in his yard in Virginia with an ever-improving setup. He says “it’s pretty easy to do, and a fun project.” Every year, he brews a beer to highlight the flavor of his hops, and some of his favorites have been fall styles to highlight the “annual harvest” aspect of the ingredient. “All of mine have turned out great,” he says.

Next Step: Grow Your Own Fresh Hops

Fresh hops are very hard to source even the best homebrew shops don’t have access to them. So, unless you have hops in the garden or know someone willing to share their precious harvest, it’s too late for you to brew a fresh-hopped beer this year. The good news is, it’s never too late to start planning your own hop-growing experiment for the next harvest. Stay tuned for everything you need to know to prep for, plant, and harvest your own hops, next up in BIY.



Commentaires:

  1. Cecilio

    Et si nous regardions cette question d'un autre point de vue ?

  2. Kigale

    Je n'ai toujours rien entendu à ce sujet

  3. Rayman

    Ce n'est pas tout à fait ce dont j'ai besoin. Y a-t-il d'autres variantes?

  4. Shaktikazahn

    Bombe

  5. Elroy

    C'est d'accord, c'est l'excellente variante

  6. Henson

    Votre pensée est magnifique

  7. Samugrel

    En tant que spécialiste de ce sujet, je voudrais vous poser des questions un peu différentes. Quel genre de sport avez-vous aimé ou lequel préférez-vous ? Et surtout, avez-vous déjà joué chez des bookmakers ? Si vous avez joué, avez-vous gagné ou perdu plus ?

  8. Gardiner

    Je pense que cela a déjà été discuté

  9. Reynolds

    Je pense que vous n'avez pas raison. Je peux le prouver. Écrivez dans PM.



Écrire un message